Quelles sont les aides ?

Expert comptable

En France, de nombreux dispositifs existent pour aider les jeunes entrepreneurs à démarrer leurs activités. Subventions, réductions d’impôts, aides financières, crédit solidaire, prêt… Faisons le point.

Ces dispositifs, mis en place à l’initiative de l’Etat ou des collectivités locales pour la plupart, peuvent prendre différentes formes, les principales étant des aides financières d’une part, et de l’accompagnement et formation d’autre part. Quel que soit l’organisme qui les dispense, elles ont le même objectif : l’accompagnement du créateur dans son projet d’entrepreneuriat.

L’aide Pôle emploi (L’Aide aux Chômeurs Créateurs ou Repreneurs d’Entreprise – ACCRE) : Pour les demandeurs d’emploi qui veulent créer leur entreprise, Pôle emploi propose un versement des allocations chômage sous la forme de capital (ARE). Une aide qui peut prendre la forme d’une aide à la reprise ou création d’entreprise (ARCE), qui vous permet de bénéficier de 45% du montant des allocations qui vous sont dues au moment du lancement de votre activité.

Le versement s’effectue en 2 fois (une moitié après l’obtention de l’Accre, l’autre 6 mois après la date de création/reprise de l’entreprise).

Prêt à taux zéro et sans garantie – Nacre (Nouvel accompagnement pour la création et la reprise d’Entreprise) :

Pour en bénéficier vous devez être demandeur d’emploi ou du moins bénéficiaire des revenus sociaux minimum (ASS, RSA). Vous devez également détenir plus de 50 % du capital de l’entreprise créée et mettre obligatoirement en place un prêt bancaire complémentaire, d’un montant et d’une durée supérieurs à l’aide octroyée.

Aide à la création d’entreprise par des demandeurs d’emploi handicapés de l’Agefiph sous forme de subvention :

Montant : 5 000 € maximum versés en complément d’un apport minimum de 1 500 €.

Pour prétendre à cette aide, il faut bien sûr être demandeur d’emploi handicapé mais aussi détenir plus de 50 % du capital de l’entreprise créée (ou reprise).

Prêts d’honneur à taux zéro : ils sont accordés par différents réseaux de création/reprise d’entreprise, certaines entreprises ou encore par les filiales d’entreprises constituées en tant que “sociétés de reconversion”.

Le montant est variable selon les réseaux et les projets. Peuvent varier de 2 000 à 50 000 € (voire plus pour des projets vraiment innovants).

Pour tenter d’obtenir cette aide, vous devez obligatoirement passer par une commission de sélection et demander un emprunt bancaire complémentaire.

Aides BPI France, Bpifrance est un organisme référence en matière de financement des entreprises :

Les prêts accordés par l’organisme ne nécessitent pas de garanties personnelles du dirigeant ou de garantie sur les actifs de l’entreprise. Ces prêts ont pour la plupart une durée comprise entre 5 et 7 ans. Ils peuvent s’accompagner d’un différé de remboursement d’un ou deux années pour la plupart.

A noter que ces prêts doivent quasiment tous s’accompagner d’un prêt bancaire classique d’un montant au moins équivalent.

 

Cette liste n’est bien évidemment pas exhaustive (Il existe plus de 3 000 aides, avec des conditions différentes). Aussi certaines aides peuvent être accordés par votre région selon votre lieu d’implantation et votre type de projet. Pour vous aider : aides-entreprises.fr , les-aides.fr et www.afecreation.fr.